Graine rouge vif ou fruit d'une plante d'hydraste du Canada (Hydrastis canadensis).

L’Hydraste du Canada (hydrastis canadensis- Goldenseal)

ou Sceau d’or, racine orange, framboise de terre, racine à la jaunisse est une plante originaire d’Amérique du Nord et classée dans la famille des Renonculacées

En phytothérapie on utilise surtout le rhizome à l’action  anti-infectieuse et anti-inflammatoire qui contient notamment 3 alcaloïdes : l’hydrastine, la canadine et la berbérine.

Hydrastis canadensis Köhler–s Medizinal Pflanzen 209

Goldenseal et la détoxication des composés fluorés et chlorés 

Ces composés peuvent intoxiquer nos cellules et notamment notre glande pinéale (tout particulièrement ciblée par le fluor). L’hydraste est connu comme antidote contre le chloral, mais elle est aussi très efficace pour aider le corps à se débarrasser du fluor en excès .

Les propriétés de cette plante ne s’arrêtent pas aux dérivés fluorés et chlorés mais à tous les dérivés halogénés. En effet, ces dérivés s’avèrent souvent extrêmement toxiques pour notre organisme.

Les halogènes (Fluor, Chlore, Iode, Brome pour les plus courants) font partie des éléments chimiques qui ont le pouvoir oxydant le plus élevé dans l’état de nos connaissances actuelles.

Or, le fluor a été prescrit massivement aux jeunes enfants à partir des années 80 pour protéger leur dentition. De plus, presque toutes les eaux potables ont été polluées au fluor à cette même période. L’objectif était la prévention des caries dans la population.

D’autre part,  le chlore est toujours utilisé couramment pour « assainir » nos eaux potables… Ainsi, dans la plupart de nos villes l’eau a un goût prononcé d’eau de javel…

En bref … nous sommes peu nombreux à ne pas avoir été en contact prolongé avec ces produits.

L’Hydraste du Canada possède aussi de nombreuses autres vertus.

  • L’Hydraste du Canada contient aussi du calcium, du fer, du manganèse, de la vitamine A, de la vitamine C, de la vitamine E, du complexe B et d’autres nutriments et minéraux
  • Elle possède des propriétés antibiotiques et immunostimulantes.
  • L’hydraste possède une excellente synergie sur les inflammations buccales et oculaires.
  • Elle stimule et régularise les sécrétions de l’estomac.
  • Elle possède également de belles propriétés sur la circulation sanguine veineuse et peut être utilisée de façon analogue ou conjointement avec l’hamamélis.
  • L’hydrastine contenue dans son rhizome est vasoconstrictrice et stimule le système neurovégétatif.
  • La canadine qu’elle contient également stimule les muscles utérins et permet de réguler les hémorragies menstruelles ou post-partum.

Des études cliniques ont démontré son efficacité dans le traitement de la diarrhée causée par E. coli (diarrhée du voyageur), Shigella dysenteriae (shigellose), salmonella paratyphi (empoisonnement alimentaire), giardia lamblia (giardiase) et vibrio cholerae (choléra).

Un peu d’histoire, d’après le site therapeutesmagazine.com :

« Les Amérindiens utilisaient l’Hydraste du Canada comme médicament pour traiter les affections internes inflammatoires telles que l’inflammation des voies respiratoires, digestives et génito-urinaires causée par une allergie ou une infection. Les Cherokees ont utilisé les racines contre les inflammations locales, la dyspepsie et pour améliorer l’appétit. Les Iroquois utilisaient une décoction de la racine pour la coqueluche, la diarrhée, les maladies du foie, la fièvre, la fièvre, l’acidité de l’estomac, les flatulences, la pneumonie et pour les problèmes cardiaques. Ils utilisaient également une infusion composée avec d’autres racines pour le traitement des maux d’oreille et comme “nettoyant” pour les yeux douloureux.

Ce n’est qu’en 1798 que les vertus médicinales de l’Hydraste du Canada ont commencé à se répandre en Angleterre et aux États-Unis. Vers 1850, elle était devenue un produit très exporté.

Posologie et mode d’emploi de L’Hydraste du Canada

Par voie interne (demandez conseil à de votre naturopathe)

  • Capsules de poudre de racines et de rhizomes séchés. Prendre de 500 mg à 1 g, de 3 à 4 fois par jour.
  • Teinture (1:5). Prendre de 2 ml à 4 ml, 3 fois par jour.
  • Extrait sec (4:1 ou 8 % à 12 % d’alcaloïdes). Prendre de 150 mg à 250 mg, 2 fois par jour.
  • Décoction de racine : à 60 g pour un litre d’eau. 2 ou 3 tasses par jour.
  • Extrait fluide : 0,50 à 4 g par jour (59 gouttes au gramme) dans de l’eau ou une potion.

Par voie externe

Inflammations des muqueuses 

  • Se gargariser ou se rincer la bouche de 3 à 4 fois par jour, avec 12 ml de teinture mélangée à un peu d’eau.
    Pour le nez, se donner un bain nasal (aspirer par le nez, une narine à la fois, puis recracher par la bouche), 3 ou 4 fois par jour avec 12 ml de teinture mélangée à un peu d’eau.
  • Décoction de racine : à 60 g pour un litre d’eau en injection vaginales.

Inflammations cutanées, abcès, blessures

  • Au besoin, appliquer des compresses imbibées de teinture ou de décoction sur les surfaces atteintes.

Contre-indications et précautions d’emploi :

à ce jour aucune contre-indication n’a été signalée. En l’absence d’études il est préférable d’éviter l’utilisation pendant la grossesse.

La plante peut cependant être utilisée sous forme homéopathique par les femmes enceints.

Indications en Homéopathie  (Demandez conseil à votre homéopathe)

  • Syndrome hépato-digestif avec anorexienauséesconstipation
  • Sécrétions nasales épaisses et jaunâtres
  • Écoulement nasal postérieur
  • Douleurs au niveau des sinus
  • Toux sèche avec expectoration
  • Leucorrhée vulvaire récidivante
  • Sécrétions urétrales
  • Sécrétions gastriques

Sources:

Leave a Reply

Anne Eschenbrenner Sidler | Naturopathe à Tours - Coach de Vie Sophrologie | Praticienne en médecine fractale