Sur la piste d’une bactérie intestinale dans l’épidémie de Covid-19

breakfast 21707 1920

« Le virus Covid-19, en effet, ne tuerait pas directement, mais par l’intermédiaire d’une bactérie intestinale qu’il infecterait, la Prevotella… et c’est cette bactérie infectée qui, devenant virulente, déclencherait l’hyper-réaction immunitaire qui délabre les poumons et tue le malade ! …..»

Vous pouvez lire l’article en entier ici : https://israelmagazine.co.il/covid-19-une-decouverte-majeure/

 

Une piste majeure qui est en cohérence avec les thèses de la naturopathie hygiéniste.

 

Notre intestin est une magnifique usine de retraitement et d’élimination des déchets, mais également le siège de nombreux processus complexes vitaux de notre organisme.

L’intestin fonctionne grâce à des myriades de bactéries qui y cohabitent dans une harmonie relative. Certaines d’entre elles peuvent devenir pathogènes si leur population devient excessive au détriment des autres et rompent le fragile équilibre qui nous fait nous sentir si bien.

 

Comment retrouver cet équilibre ?

En tout premier lieu avoir une alimentation saine et adaptée à votre morphotype, ce qui signifie qu’on ne peut pas appliquer le même régime alimentaire à tout le monde.

La célèbre phrase “que ton alimentation soit ta première médecine” trouve ici tout son sens.

Comme votre flore intestinale est UNIQUE, votre alimentation doit être en mesure de respecter son équilibre.

Pour cela quelques conseils “élémentaires” personnalisés sont nécessaires pour vous apprendre à donner à votre corps ce dont il a besoin et ne pas le surcharger avec le reste. Dans cette démarche vous serez rapidement à même d’identifier ce qui est toxique pour votre intestin (pas forcément pour celui de votre voisin …).

Dans un intestin en équilibre, les bactéries pathogènes ne sont pas autorisées à se développer de façon anarchique !

 

Cette étude expliquerait aussi pourquoi la mortalité est plus importante dans nos sociétés “riches” surmédicalisées. Notre alimentation est trop raffinée, trop transformée, trop riche en glucides et amidons et pas assez en nutriments essentiels. Nous consommons trop d’aliments “morts” . Dans les pays “pauvres” elle est plus simple, moins transformée (voire peu ou pas) et plus riche en nutriments. L’alimentation y est “vivante” et digeste.

L’alimentation des personnes âgées est souvent industrielle (plats sans saveur et sans odeur préparés à l’avance et livrés, à réchauffer au micro-ondes qui je vous le rappelle détruit la majorité des nutriments)

De plus, nous n’avons que très peu de connaissances quant aux effets sur l’équilibre de la flore intestinale des différents cocktails de médicaments communément consommés par des populations plus âgées.

Ces facteurs s’ajoutent au vieillissement des tissus qui sont moins souples et donc moins résilients et au ralentissement des fonctions vitales qu’on peut observer chez nombre de nos anciens.

Sous le regard d’un naturopathe, cette épidémie aura eu au moins un effet positif : elle va peut-être mettre en lumière le rôle fondamental de notre fonction intestinale et pousser les chercheurs à s’y pencher de plus près.

Le grand public pourrait y trouver son compte en prenant conscience des effets dévastateurs que peut avoir une alimentation industrielle inadaptée.

Nous pourrions être de plus en plus nombreux dans un proche avenir à privilégier les produits frais et vivants, non transformés et à les cuisiner nous même !

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Anne Eschenbrenner Sidler | Naturopathe à Tours - Coach de Vie Sophrologie | Praticienne en médecine fractale