Le mauvais cholestérol:  un dogme?

On n’a toujours pas prouvé scientifiquement que le cholestérol était la cause de la maladie cardio-vasculaire. De nombreux spécialistes des maladies cardiovasculaires vasculaires tentent de remettre  en cause ce dogme.

La question qui n’a été que rarement posée et qui me taraude est la suivante ! Et si le cholestérol n’était qu’un symptôme de la maladie cardiovasculaire ? Un peu comme les plaques rouges qui sortent quand on a la rougeole…
Supprimer un symptôme revient à jouer au mécanicien inconscient. Celui qui débranche le voyant rouge de votre voiture et vous laisse repartir avec. Ce qui finit inévitablement avec une panne bien plus grave ou un accident .

Faut-il le faire baisser ?

Je vous laisse le soin d’y réfléchir en lisant l’Édito d’Alternative santé à propos des médicaments censés faire baisser le cholestérol.

“La proportion d’adultes traités par des médicaments visant à faire baisser le taux de cholestérol et les triglycérides ne cesse de décliner en France. Les autorités de santé semblent s’en émouvoir, craignant une hausse des pathologies cardiovasculaires dans le pays.

Nous parlons ici des traitements allopathiques parmi les plus vendus au monde. Des traitements qui affichent plus d’un milliard d’euros de chiffre d’affaires par an en France. En particulier ceux de la classe des statines, que les médecins prescrivent de moins en moins. Les patients les refusent suite aux polémiques bruyantes sur leurs effets indésirables :

  • atteintes musculaires et ligamentaires handicapantes,
  • risque accru de diabète, 
  • trouble urinaire ou sexuel,
  • lien possible avec la dépression ou la maladie de Parkinson…”

Je me permet de rajouter ici une reflexion toute personnelle.  70% du cholestérol circulant est produit par le foie. Il n’en reste que 30% venant d’apports extérieurs . Nous savons aussi que les cellules nerveuses et notre cerveau ont besoin de cholestérol pour se régénérer . En privant notre corps de cholestérol ne serions nous pas en train de nous tirer une balle dans le pied ? Nous sommes bien prétentieux de penser que Dame Nature a mal fait les choses.

Les facteurs de risque

La belle et (lucrative) théorie  sur l’intérêt des statines fait de moins en l’unanimité . Quelques empêcheurs de prescrire en rond tels Michel de Lorgeril (dès 2006), Philippe Even ou Bernard Debré n’ont eu de cesse de dénoncer cette lutte monomaniaque contre le cholestérol. 

Depuis ces pavés dans la mare et l’accumulation de preuves qui leur donnent raison, les recommandations officielles sur les statines ont évolué… à la marge. Si une individualisation des prescriptions en fonction du mode de vie est bien préconisée, les pratiques médicales peinent à suivre. Pire, la théorie qui sous-tend ces recommandations, “à bas le cholestérol qui bouche les artères” ! n’est quasiment pas remisée au placard malgré ses incohérences et ses angles morts.

Pourtant, en matière de prévention primaire des maladies cardio-vasculaires, des alternatives naturelles existent.

L’alimentation est l’une des premières pistes à explorer

L’alimentation hygiéniste naturopathique est l’une des bases de notre bonne santé . Nous sommes ce que nous mangeons. Chacun de nous prend bien soin de mettre le bon carburant dans sa voiture . Sinon il va au devant de graves ennuis moteur . De façon analogue notre corps s’encrasse si nous ne lui donnons pas ce dont il a besoin et que nous le privons de ce qui lui est essentiel. Il est toujours judicieux de consulter un naturopathe qui pourra nous guider et nous informer sur l’alimentation  dont notre corps a besoin spécifiquement.

fruit bowl 1600023 1920Sources :

https://www.alternativesante.fr/

Leave a Reply

Anne Eschenbrenner Sidler | Naturopathe à Tours - Coach de Vie Sophrologie | Praticienne en médecine fractale