Skip to main content

Le Syndrome de Littermate 

Le syndrome de Littermate ou syndrome de la litière est une aberration comportementale qui peut survenir chez des chiots issus d’une même fratrie et élevés ensemble. Je vous en parle dans cet article car ce syndrome est très méconnu en France. J’en ai malheureusement fait l’expérience récemment en adoptant deux jeunes chiots issus de la même portée. 

Pourquoi nous avons adopté Stitch et Lilo

J’ai perdu mon vieux bouvier bernois de 13 ans en mars dernier. C’était un chien admirable, d’une intelligence et d’une finesse rare. Gros chagrin de toute la famille humaine. Et énorme dépression de notre chienne de 9 ans qui a perdu son compagnon. Du coup nous voilà à la recherche d’un chiot pour remettre un peu de joie dans tout ça. Rien n’arrivant par hasard, très vite nous avons rencontré  une portée surprise et inattendue. Sept mignons petits mélanges de malinois, berger allemand et australiens étaient à adopter dans une famille. Le choix était difficile, toutes ces peluches étaient adorables. Finalement ne pouvant nous décider deux de ces petites créatures nous choisissent. Nous les appelons Stitch et Lilo. 

Adopter deux chiots une bonne idée ?

Nous nous  justifions cette double adoption en pensant de bonne foi que chacun des frères aurait un bon copains et se sentirait moins seul. Le tout sous la protection maternelle de notre chienne. Ce fut la première erreur. Notre chienne s’est très vite sentie débordée par ces deux escogriffes débordant de vitalité et de petites dents pointues.

Deux caractères différents 

Je me suis retrouvée à faire leur éducation sans son aide. Stitch était un chiot relativement anxieux qui demandait beaucoup d’attention. Lilo était plus cool, nettement plus calme avec une très jolie voix de loup. J’ai travaillé la relation de confiance tout particulièrement avec Stitch qui montrait une grande instabilité émotionnelle. Les chiots sont très vite devenus propres de jour  comme de nuit. Stitch et Lilo revenaient très bien au rappel . Ils passaient leurs journées avec moi,  jouaient ensemble dans une grande complicité et se défoulaient dans notre grand jardin.  A part quelques trous dans mon potager, nous n’avons pas eu à déplorer de destructions d’objets ou de meubles dans la maison.

Stitch

Stitch

Avec la maturité sociale les choses se gâtent

En grandissant les « disputes » ont commencé à apparaître. Stitch était très attaché à la gestion des ressources (balles, bouts de bois). Il n’en accordait aucune à son frère, qui lâchait très vite l’affaire. Aussitôt que Lilo avait trouvé un trésor dans le jardin, Stitch se l’appropriait. Lilo, bon prince lui cédait dans la plupart des cas. De la même façon Stitch tentait d’évincer son frère pour recevoir les caresses. Au fil du temps Stitch a commencé à developper de l’agressivité contre Lilo. Vers le début de leurs 8 mois Stitch a commencé à grogner et à menacer son frère sans raison apparente pour nous humains. Lilo bonne pâte évitait le combat autant que possible. 

Lilo

Lilo

Le syndrome de Littermate: les premiers symptômes

À 8 mois et demi, survient l’irréparable. Stitch a attaque Lilo dans le jardin et ils se battent, mais ce n’est plus un jeu. Il nous faut intervenir avant que cela ne finisse mal . On s’en sort avec quelques coups de crocs et quelques balafres et le calme revient, pour un temps seulement. La semaine suivante nous sentons que la situation est tendue. Chaque évènement qui sort de la routine déclenche des comportements menaçants. Les deux restent néanmoins complices face au facteur ou aux promeneurs qui passent devant le jardin.

Stitch tente d’égorger Lilo

Le week-end suivant Lilo se blesse sous coussinet et boîte. Lilo est devenu un chien de grande taille tout en muscle et puissant. Stitch est plus fin et plus élancé, très souple et nerveux, avec beaucoup de mordant. Sentant la faiblesse de son frère qui est blessé, Stitch profite d’un moment d’inattention  de notre part pour attaquer son frère et tenter de l’égorger. Nous intervenons pour les séparer,  Lilo s’en sort avec deux beaux coups de crocs près de l’œil et à la gorge .

Notre responsabilité 

Bien sûr nous cherchons à comprendre ce qui se passe.  Nous examinons toutes les pistes qui permettraient de rétablir l’harmonie et la complicité perdue. Nous cherchons à corriger les erreurs que nous aurions pu commettre dans la gestion de la meute. Aucune solution n’est pérenne. Tout changement de notre comportement apporte une accalmie mais sans plus . 

Nos dernières vacances avec Stitch

Départ en vacances en camping car au bord de l’océan avec les deux frères devenus ennemis. Très vite dans cet espace restreint la cohabitation devient impossible, malgré de belles balades où tout se passe plutôt bien. Je me vois contrainte d’imposer une muselière à Stitch qui montre de plus en plus d’agressivité face à son frère. Au bout de trois jours nous n’en pouvons plus. Nous écourtons notre séjour. 

De retour à la maison

Malgré  le retour à la maison, avec des grands espace à leur disposition la tension continue de croître. Je me demande comment font les mushers avec leurs meutes. Je cherche toujours à comprendre.   Aucune information qui pourrait m’en apprendre plus que ce que je sais déjà sur le fonctionnement d’une meute n’est disponible en français. Finalement, nous prenons contact avec une experte en suisse qui possède une meute. Elle a la gentillesse de nous répondre et nous découvrons enfin le syndrome de Littermate.

Le syndrome de Littermate 

Le week-end suivant nous ne pouvons plus les laisser se croiser dans la maison. Stitch devient comme fou quand il voit son frère. Il n’obéit plus et devient incontrôlable. Sa violence atteint son paroxysme. Par contre, quand il est seul avec moi c’est un chien adorable, intelligent et obéissant. Par contre, toute interaction avec un autre humain de la maison le déstabilise. Même notre vieille chienne ne veut plus rester avec lui. Il ne me reste plus qu’à aller vivre seule avec lui sur une île déserte…

Deux frères qui deviennent ennemis à mort 

Stitch est semble t’il atteint du syndrome de Littermate et il n’y a plus rien à faire… Une chance que Lilo n’en soit pas atteint. Ce syndrome provient du fait que deux jeunes chiens issus de la même litière puissent être liés si étroitement qu’il leur devient impossible de se développer socialement face à d’autres interactions. L’un des chiots ou les deux développent de l’anxiété et donc de l’agressivité et de la violence. Cette pathologie n’apparaît pas systématiquement mais elle semble fréquente. Dans notre cas malheureusement Stitch a retourné son agressivité et sa psychose contre son frère dont il était inséparable. 

Qu’aurions nous pu faire pour éviter ce drame 

Tout d’abord ne pas adopter deux chiots du même âge, mais nous n’avions aucune connaissance de l’existence du syndrome de Littermate. Ensuite, nous aurions du les séparer le plus souvent possible pour que le lien d’exclusivité ne puisse pas s’installer entre les deux. Cette séparation aurait pu encourager Stitch à prendre plus confiance en lui dans d’autres interactions sociales. Malheureusement Stitch avait déjà une nature très anxieuse et stressée, contrairement à Lilo. En pensant lui apporter de la compagnie rassurante, nous avons probablement aggravé son cas. 

Adopter deux chiots de la même portée est une erreur 

Cette erreur fut fatale à Stitch que nous avons dû faire euthanasier. La vie était devenue impossible, et son agressivité ingérable. Son comportement agressif laissait présager un danger potentiel pour les autres chiens, voire les humains. Il était impensable de prendre le risque d’une blessure par morsure pour nos petits enfants ou pour toute autre personne. En essayant de  tuer son frère et en devenant incontrôlable, Stitch a rompu la relation de confiance que j’avais établi avec lui. Nous avons eu beaucoup de chagrin. 

Le calme est revenu

Heureusement Lilo n’a pas eu d’altération de son comportement suite au départ de son frère, au contraire.  La  maison a retrouvé sa sérénité et notre vieille chienne sa tranquillité. Lilo s’est trouvé un nouveau copain en la personne de l’un de nos chats Léo. Ils s’entendent comme larrons en foire depuis que Stitch n’est plus là. 

Lilo et Stitch

Leave a Reply

Close Menu