Skip to main content

Le Bouillon blanc ou Molène 

La saison du bouillon blanc bat son plein. Vous pouvez encore récolter ses dernières fleurs et feuilles pour les faire sécher et faire vos tisanes pectorales cet hiver.

Description

La molène est une grande plante (de 1 à 2 mètres), elle est duveteuse, ses fleurs sont jaunes, elles ont une odeur de miel. C’est une plante bisannuelle à racine pivotante. Elle fleurit de juin à septembre. Sa tige est très haute, droite, simple ; les feuilles sont grandes, ovales, crénelées, cotonneuses, vert blanchâtre. Les fleurs sont groupées en long épi terminal très serré. . Toutes les espèces de molènes (qui se croisent facilement entre elles) sont thérapeutiques.

Synonyme(s) français(s) 

Bonhomme, Cierge de Notre-Dame, Faux phlomis, Herbe de Saint-Fiacre

Étymologie

Verbascum thapsus vient du latin barbascum qui signifie « barbu » en raison de la pilosité des étamines et de  Thapsus qui vient de Thapsos, péninsule sicilienne.

Le bouillon blanc  est une espèce pectorale

Il est inscrit aux Pharmacopées allemande, autrichienne et helvétique. Il a été retiré de la Pharmacopée française en 2002 en application de la Pharmacopée européenne.

Ses vertus sont connues de longue date

Dioscoride prescrivait ses racines dans les affections pulmonaires, Pline ses feuilles pour guérir les bronches des humains et les chevaux poussifs. Sainte Hildegarde tenait la décoction de fleurs et feuilles pour un véritable spécifique de l’enrouement.

Le bouillon blanc au Moyen Âge

Au Moyen Age, en dehors des utilisations qui sont restées courantes aujourd’hui, les médecins conseillaient le suc de bouillon-blanc pour la goutte et les hémorroïdes, cela après une curieuse préparation qui consistait à piler ensemble les feuilles et les fleurs, puis à les laisser pourrir dans une «tinette» de bois fermée hermétiquement avec du plâtre. On exposait le récipient au soleil ou on enfouissait dans du fumier. Au bout de trois mois de ce qu’on appelait une « digestion », on exprimait le suc qu’on conservait dans des flacons bien bouchés et qu’on appliquait sur les régions douloureuses. Les feuilles étaient également utilisées autrefois pour faire des mèches de lampe à huile, et l’épi floral pour chauffer le four des boulangers.

Culture et récolte 

Le Bouillon blanc est très répandu dans toute l’Europe. Pour sa culture, choisissez une terre légère et bien travaillée. Semez en pleine terre ou sous châssis, à l’automne. Dès le printemps, repiquez les plants à 60 centimètres les uns des autres. Récoltez les feuilles juste avant la floraison, les fleurs à leur complet épanouissement. Les unes comme les autres sont très délicates à sécher, prenez soin de les mettre dans des endroits secs et aérés en les retournant très souvent.

  • Altitude : jusqu’à 1600 m.
  • Taille : de 0,50 à 1,50 m.
  • Floraison : de juin à septembre.
  • Cycle de vie : bisannuelle hivernant sous la forme d’une rosette.
  • Habitat : haies, terrains vagues, coupes forestières, talus, pelouses rocailleuses, en sol sec, lieux sablonneux.
  • Fleurs : fleurs jaunes, de 1 à 3 cm, groupées en épi au sommet de la tige ; 5 étamines ; 2 longues et à filet presque sans poils, et 3 plus courtes, dont le filet est hérissé de poils blanchâtres.
  • Feuilles : feuilles de la base beaucoup plus grandes que les feuilles supérieures, qui deviennent de plus en plus petites vers le sommet feuilles alternes, dentées et décurrentes.

Une composition riche et étonnante

  • Fleurs : caroténoïdes, glucose, mucilages, tanin, flavonoides, saponosides triterpéniques.
  • Feuilles : mucilages, tanin, flavonoïdes, saponosides triterpéniques ( aide à la pénétration des autres substances, expectorants).
  • Graines : saponosides triterpéniques.
    Le Bouillon Blanc contient aussi des iridoïdes (glucosides onoterpéniques : harpagide, harpagoside -anti-inflammatoire majeur-). Des Flavonoïdes (hespéridoside, rutoside, verbascoside). Ainsi que des hydrates de carbone.
    On retrouve aussi l’aucuboside antimicrobien et analgésique.

Parties utilisées : la fleur, les feuilles, la racine.

  • Les fleurs : séchées en infusion, ou séchées en macérât huileux ;
  • Les feuilles :  séchées en infusions. Passez la tisane au filtre à café ou au travers d’un tissu fin pour éliminer les poils qui seront irritants pour la gorge.
  • La feuille et la fleur sont rafraîchissantes et humidifiantes
  • La racine : séchée en décoction, ou fraîche ou séchée en teinture mère.
  • La Racine est légèrement réchauffante, en médecine chinoise drainant l’humidité dans le « foyer inférieur » (foie, intestins, reins, vessie)

Propriétés :

  • Adoucissant,
  • émollient,
  • pectoral,
  • diurétique (léger)
  • sudorifique,
  • mucolytique,
  • antimicrobien,
  • anti-inflammatoire,
  • analgésique.

Mode d’emploi

En interne

  • Infusion une cuillerée à soupe par tasse, infuser 10 minutes, deux ou trois tasses par jour. Bien filtrer pour éliminer les poils irritants.
  • Teinture Mère 100 à 120 gouttes/jour

En Externe 

  • Cataplasme : feuilles fraîches bouillies 5 mn dans du lait (sur les panaris, anthrax, ulcères, hémorroïdes, engelures, inflammations cutanées).
  • Décoction de fleurs et feuilles : 30 g/ litre, 3 minutes. En gargarismes pour les enrouements et affections de la gorge (Hildegarde de Bingen).
  • Huile de Bouillon Blanc : une part de fleurs fraîches pour deux parts d’huile d’olive, chauffer à feu doux. Passer en exprimant. Contre les hémorroïdes ou engelures, en massage sur les articulations douloureuses.
  • Feuilles cuites dans le lait : contre le prurit.
  • Avec les fleurs : pour faire mûrir les furoncles.
  • Divers :
    *On peut tirer des graines une huile que l’on peut appliquer pour les articulations douloureuses et pour le mûrissement des abcès. 
    *On peut fumer les feuilles sèches des molènes comme du tabac.

Indications thérapeutiques du bouillon blanc

Sphère ORL

La fleur et la feuille de bouillon-blanc sont remplis de mucilages. Les mucilages emprisonnent l’eau et sont adoucissants. Le goût de la feuille est légèrement salé. La fleur mais surtout la feuille ramènent l’humidité et la douceur aux endroits secs, enflammés et à vif.

Toux sèche non productive

Les feuilles de bouillon-blanc sont efficaces dans le cas d’une toux sèche, non productive, avec une gorge irritée et enflammée, et des quintes violentes.

Gorge irritée

La tisane des feuilles calme l’inflammation  du larynx et de la trachée. Si la cause est allergique, le plantain  complètera la tisane par ses vertus allergiques sur la sphère ORL.

Toux chronique 

Une infection pulmonaire mal guérie peut être à l’origine d’une toux chronique sèche. Les feuilles de bouillon-blanc en tisane vont ranimer les muqueuses. 

Impression de resserrement des voies respiratoires

Matthew Wood conseille le bouillon-blanc lorsque la personne a un sentiment d’oppression et de resserrement dans les voies respiratoires. La personne n’arrive pas à inspirer complètement, se sent prise dans un étau, et cette impression peut remonter depuis la trachée et le larynx jusqu’à la boite vocale et les sinus. 

Sphère structurelle et musculaire

« Humidification » des articulations : Matthew Wood recommande le bouillon-blanc pour les cas d’articulations sèches et enflammées(1). La feuille ou la racine de bouillon-blanc peuvent ramener le fluide synovial là où l’articulation en a besoin, protégeant donc le cartilage contre les dommages affligés par la friction. L’articulation peut être enflée. D’une manière indirecte, il peut donc calmer l’inflammation des muscles et tendons autour de l’articulation enflammée. 

Ceci s’applique en particulier à la colonne vertébrale, qui comme la tige fleurie du bouillon-blanc, doit rester droite et solide. Le bouillon-blanc ramène de la lubrification aux articulations, les rendant plus flexibles et aidant la personne à se redresser.

La feuille de bouillon-blanc peut être appliquée en cataplasme pour les cas de fracture de côtes.

Sphère urinaire

Cystite 

Cazin recommande l’infusion ou la décoction de fleurs de bouillon-blanc dans les affections aigües des voies urinaires, lorsque la personne doit uriner mais n’y arrive pas à cause de la douleur, avec une urine fine et peu abondante. Le bouillon-blanc va rendre les urines « limpides et abondantes« . On voit ressortir ici ses propriétés diurétiques. La feuille peut être substituée à la fleur.

Prostate

Moore conseille la racine pour les inflammations de la prostate ou d’autres parties de l’appareil génital masculin après un effort sexuel. 

 

Les bouillon blanc et ses surprises

Engorgement des ganglions lymphatiques 

Wood la recommande dans tous les engorgements des ganglions lymphatiques, en interne mais aussi en application externe sur le ganglion engorgé : la feuille peut être humidifiée avec un peu d’eau chaude, écrasée et appliquée en cataplasme dans un linge (les poils de la feuille pouvant être urticants pour certains). 

Les angines font partie de cette indication, les ganglions concernés étant les amygdales. 

Hémorroïdes

Cazin nous dit que « les feuilles bouillies dans du lait, et appliquées en cataplasme sur les hémorroïdes douloureuses apportent du soulagement« .

Diarrhées

La feuille de bouillon-blanc est légèrement astringente, elle va donc (en infusion) calmer les intestins enflammés par une colite ou une entérite. Étant mucilagineuse, elle va aussi recouvrir la muqueuse pour la protéger.

Arrêt du tabac  

On a longtemps utilisé la feuille de bouillon-blanc  comme substitut du tabac. Il suffit de  couper le tabac avec de la feuille de bouillon-blanc coupée finement et pas trop sèche (pour ne pas irriter la gorge)

Utilisations ésotériques

Protection contre les mauvais esprits 

En Europe, en Asie et en Inde, la plante aurait  la capacité de faire fuir les mauvais esprits. On l’utilise comme protection contre la magie et les ensorcellements en Inde. Selon la légende Ulysse se serait protégé de Circé avec la molène.

Confusion possible du bouillon blanc avec d’autres plantes

Faux bouillon blanc  verbascum densiflorum qui possède les mêmes propriétés et dont la floraison est plus dense

Molène noire : verbascum nigrum dont les propriétés sont identiques à la molène

Sources

Althéa Provence

Pour un conseil personnalisé contactez moi

 

Leave a Reply

Close Menu
Anne Eschenbrenner Sidler | Naturopathe à Tours - Coach de Vie Sophrologie | Praticienne en médecine fractale